CÔTE SAINTE CATHERINE // LETITIA BROOKES

CÔTE SAINTE CATHERINE // LETITIA BROOKES


Quartier: Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce || Intersections: Victoria, Côte-Sainte-Catherine
Mise en service: 1982 || Architecte: Gilbert Sauvé
Autobus: 124, 129

Letitia Brookes, 32 ans
Actrice, productrice


Née et élevée à Montréal, Letitia a étonnamment vécu les 31 dernières années – ou sa vie entière d’adulte – dans le même bloc-appartements de Côte-des-Neiges. Diplômée du programme de théâtre de Concordia, Letitia va bientôt faire ses débuts professionnels sur scène dans la première mondiale de Sal Capone: The Lamentable Tragedy of, d’Omari Newton, une co-production du Black Theatre Workshop et de urbanink productions. Malgré le fait qu’elle ne soit « pas bonne en math », Letitia a entamé des études en Économie à Concordia avant de prendre une pause d’un semestre afin de se trouver un travail pour payer pour ses études. Elle s’est trouvée un emploi dans une firme comptable (allez savoir) et la petite interruption s’est transformée en une pause de cinq ans. Elle a pris du temps à l’extérieur de Concordia pour prendre des cours de jeu à la Montréal School of Performing Arts, ce qui l’a motivée à poursuive ses études en Théâtre.

Frustrée par le manque de diversité des rôles en théâtre pour femmes noires Letitia a créé Nu Spyce Productions et produit les pièces For Colored Girls Who Have Considered Suicide / When the Rainbow is Enuf de Ntozake Shange en 2011, et Single Black Female de Lisa B. Thompson dans le cadre du Festival Fringe de Montréal en 2013.




"People are sometimes scared of Côte-des-Neiges, but I love it. It was a great place to grow up and to live now. A short walk or a couple of metro stops from my house will take me to the Segal Centre, several Caribbean restaurants, a Sri Lankan restaurant, a Russian bookstore, a couple of organic food stores,   The list just goes on."

« Les gens ont peur de Côte-des-Neiges parfois, mais j’adore mon quartier. C’était un endroit génial où grandir et où vivre maintenant. À partir d’où j’habite, une petite marche ou quelques arrêts de métro m’amènent au Segal Centre, à plusieurs restaurants caribéens, à un restaurant sri-lankais, à une bibliothèque russe, à plusieurs épiceries; et la liste continue. »




"I’m more of an introvert, but bringing a character to life in an honest and vulnerable way in front of people is freeing. To express parts of myself that I wouldn’t necessarily show strangers."

« Je suis plutôt introvertie, mais le fait de donner vie à un personnage de manière honnête et vulnérable devant un public est une expérience libératrice. D’exprimer des parties de moi que je ne montrerais pas nécessairement à des inconnus. »